[Revue de concerts] Musique et Cinéma : Hollywood mon amour, Film Noir, French Touch

musique et cinémaA l’occasion de l’exposition Musique et Cinéma, la cité de la musique a organisé 9 concerts sur le thème. Cette semaine j’ai assisté à 3 d’entre eux, et j’ai décidé de vous faire un compte rendu.

D’abord, il sera utile de faire un rappel sur le rôle de la musique dans un film. Effectivement la musique joue un rôle important en intervenant à chaque étape de la réalisation d’un film. Dès la phase de l’écriture du scénario, elle peut être l’inspiratrice du projet, ou même son sujet principal (comme pour un film biographique). Même après la sortie du film, la musique participe à la promotion et peut mener sa vie propre sous forme de chanson ou de « bande originale ».

1. Hollywood, mon amour
Ce concert a repris des musiques célèbres de films américains des années 80, comme Rocky. Le concert a été animé par Marc Collin et par sa bande composée d’1 claviste, 1 bassiste, 1 guitariste et 2 chanteuses. Marc Collin est réputé pour des relectures inattendues et des reprises décalées, il nous a présenté certains morceaux qu’il a arrangés avec son goût, en ne reprenant que le squelette des chansons originales (mélodie et texte).

L’ambiance du concert était généralement sympa, et ce j’apprécie qu’il n’y ait pas eu que de la musique; ils ont travaillé sur l’éclairage et sur les effets sonores. Ces effets nous ont aidé à faire un rappel de l’ambiance de chacun des films.

Par contre comme je ne connais pas tellement les films hollywoodiens des années 80, je n’étais pas en mesure de comparer les morceaux originaux et arrangés.
C’était aussi agréable de les écouter indépendamment, mais j’ai regretté l’absence d’explications de chaque morceau. Une petite explication après chaque intervention aurait pu m’être utile pour bien comprendre le contexte et les idées de Marc Collin. On profitera mieux de ce concert si on a suffisamment de culture sur ce thème.

2. Film noir
Ce concert a été animé par le compositeur et pianiste Stephan Oliva et le réalisateur Philippe Truffaut. A partir de scènes de films noirs anciens choisies par le réalisateur, le compositeur a joué les morceaux qui les accompagnaient à l’origine.

Ce concert m’a permis de comprendre en live l’importance des morceaux musicaux dans des films. Surtout que les scènes étaient projetées sans la bande son, donc on se rendait plus facilement compte que la musique devient, presque par magie, indispensable pour mieux présenter les scènes et accentuer différents sentiments.

Le genre du « film noir » est particulier avec ses ambiances obscures et oppressantes, et les musiques qui les accompagnent doivent suivre cette particularité.

En effet les morceaux joués n’ont rien avoir avec mes morceaux zen ou même d’autres musiques de film. J’ai remarqué que le compositeur utilisait des sons de piano que je n’utilise jamais. Il a favorisé des sons très graves et très aigus pour nous transmettre plus facilement la peur, le stress, la mélancolie ou encore la tristesse.
Par exemple, même pour une scène décrivant l’endroit où se déroule le film, le compositeur joue de manière très sombre. Dans ma tête, j’étais en train d’imaginer une différente description musicale, mais effectivement j’avais oublié que c’était un film noir.

Ce qui m’a étonné était qu’il existe des partitions pour ce type de morceaux qui me paraissent improvisés et tellement mélodiques. Il se mettait debout pour frapper directement des cordes du piano, répétait certaines phrases musicales courtes de très nombreuses fois, et utilisait d’autres techniques de jeu toutes aussi étonnantes, mais il pratiquait tout cela en regardant sa partition.

Le concert était très formateur pour moi qui découvre des musiques de film. Cela m’a fait réaliser que je n’utilise même pas 5% des capacités d’un piano. Oui, j’ai besoin d’étudier plus. Je suis sure que même dans le cadre d’une ambiance zen ou de détente au piano, il y a énormément de possibilités. S’ils organisent d’autres concerts de ce type, j’y retournerai.

3. French Touch par Fred Pallem et le Sacre du Tympan
L’idée derrière ce concert est très sympa : « pendant que les compositeurs de film américains se concentraient sur des morceaux symphoniques, les européens expérimentaient des morceaux faits des synthés, guitares électriques, etc ». Voilà ce que Fred Pallem voulait nous montrer avec son projet French Touch.

Son groupe de 14 personnes, composé de différents types de saxophones, clarinettes, flûtes, trompettes, clavier, guitare, batterie, percussions et guitare basse, a fait un très bon ensemble et a vite impressionné et enthousiasmé les spectateurs. Effectivement une telle composition d’instruments était rare pour moi, ça a fait à la fois jazzy, électronique et rock.

Fred Pallem nous a montré sa maîtrise parfaite de tous les instruments qui composaient ce concert : chaque instrument est sorti de son rôle classique, mais nous a montré des techniques et des sons originaux et au delà de ce qui est habituel. Les sons générés par tous ces instruments étaient très riches. On peut dire que Fred Pallem a fait preuve de créativité.

Ce que j’ai appris

Ces concerts m’ont fait réfléchir sur ma voie musicale.
Bien que le Film Noir ne soit pas vraiment mon genre musical, il m’a montré un tas de possibilités d’utilisation du piano pour différentes émotions. Le troisième concert m’a appris que la composition multi-instrumentale nécessite des connaissances approfondies de tous les instruments concernés, ce qui n’est pas encore mon cas.
Finalement je ne serai pas pressée pour composer mon premier morceau d’orchestre. Je continuerai mon apprentissage de la composition multi-instrumentale et je n’hésiterai pas à faire des essais, mais pour l’instant j’ai envie de me concentrer sur le piano, parce que je vois que je peux faire plein d’autres choses avec le piano.

En étant débutante dans le domaine des musiques de film, c’était une bonne occasion de découvrir l’esprit derrière ce genre et de voir différents acteurs très actifs et très engagés dans ce domaine. Effectivement grâce à ces acteurs, les musiques de film évoluent et deviennent plus créatives et plus enrichissantes.