Pourquoi écrire un journal intime?

journalJ’y trace le chemin et la direction de ma vie. J’y retrouve mes batailles avec moi-même qui ne veux pas céder mon rêve, mes convictions et mes décisions à la réalité. Je suis enfant, rêveur, professeur, poète, et philosophe… dans mon journal.

Ecrivez vous un journal ? Je ne sais pas si c‘est aussi le cas en France, mais en Corée, écrire un journal était un devoir d’école jusqu’à la fin de l’école primaire. Pour moi, ce n’était pas un devoir facile, et je le prenais comme une obligation ! Pendant les vacances, j’ai souvent négligé ces exercices (il fallait rédiger quelque chose pour chaque jour, et rendre au prof tout ce qu’on avait écrit à la fin des vacances) et je me rappelle avoir rédigé les « articles » pour tout un mois en 2 jours :) (Il faut être très créatif pour y arriver…)

A quoi mon journal sert il dans ma vie ?
Ce qui est marrant par contre, c’est que j’ai quand même gardé cette habitude d’écrire mon journal, même si je le rédige moins souvent qu’avant. Aujourd’hui mon journal est devenu un endroit de confiance où je confie mes secrets : c’est un endroit où je fais face à moi-même et mes actes. C’est un moment où je deviens honnête avec moi-même. J’y mets également mes apprentissages du moment, mon plan à venir.

Dans mon journal, mes doutes se transforment en éléments importants qui me font progresser
J’y raconte également mes doutes. Mes doutes… pourquoi parler des choses négatives ? Non, douter de soi est plutôt un phénomène naturel et normal : c’est un débat, une contorsion pour évoluer soi-même. A moins d’être un dieu, qui ne douterait pas de soi ? Ce moment désagréable peut arriver n’importe quand à n’importe qui. C’est aussi un élément important qui nous fait progresser. Je pense que sans douter, il n’y aura pas d’améliorations possibles ni de nouvelles créations.

Quand on passe un moment vraiment dur, on a l’impression de se retrouver seul. Personne ne nous comprend vraiment. Et mon journal est un endroit où je peux me défouler de ma tristesse et ma colère.

Quid des problèmes ? C’est pareil, je les écris dedans, et souvent la solution vient toute seule, ou bien ces problèmes se transforment en apprentissage. Cela m’aide à faire confiance en ma sagesse et ainsi à me faire progresser.

Oui c’est aussi un moyen de vider ma tête. Vivre simple ? alors mon journal contribue à atteindre ce mode de vie intime. Effectivement en écrivant, mes idées et pensées deviennes plus claires.

Faut il le rédiger tous les jours ?

Dans ce cas j’aurais déjà laissé tomber. Je ne voulais pas que cela devienne une tâche obligatoire comme je le faisais dans mon enfance. De mon côté, je l’écris parfois tous les jours, mais aussi une fois par semaine, ou par mois. Il n’y a pas vraiment de régularité. L’important est d’associer ce concept d’écrire un journal à un outil où on historise nos expériences, nos progressions et notre sagesse.

Mon journal, témoin de ma progression
Mon journal se situe toujours près de moi et reste très accessible : il n’est pas dans un endroit caché que je ne regarde jamais, mais il est sur mon bureau. C’est ainsi que je relis de temps en temps mon journal, et je vois comment j’ai surmonté différents événements qui me paraissaient insurmontables à l’époque, et comment j’ai grandi en les traversant. Je gagne de la confiance en moi-même.

Quelques conseils pour le contenu
On n’a pas toujours besoin de rédiger des choses intéressantes. Il m’arrive même de n’avoir rien à dire. Un jour je l’ouvre en me disant que je vais écrire quelques mots. Finalement je n’ai pas tellement de choses à raconter dedans et je le ferme après avoir écrit juste la date. Ce n’est pas grave, il y aura d’autres jours où on aura plus de choses à raconter.

Pas toujours besoin de conclure notre journal positivement non plus. Sinon c’est trop artificiel. A chaque moment il est important de respecter nos sentiments, car ils font partie de nous-même et sont sources de notre créativité.

Conclusion
Ecrire un journal est un bon moyen pour converser avec soi même et pour mieux se connaître. Ainsi cela nous aidera à faire confiance en nous même. Les personnes qui font confiance en elles même savent bien qu’elles se relèveront après des situations difficiles. Elles savent que les moments de doutes sont temporaires, et que les sentiments dits désagréables tels que la colère ou la tristesse passent vite et disparaissent naturellement.

au prof