Petite excursion à Auvers-sur-Oise : A la rencontre de Van Gogh

Auvers-sur-Oise, à 30 km de Paris est un petit village tranquille mais digne d’être appelé une ville d’art. Cette ville est surtout très célèbre pour être la dernière demeure de Van Gogh, dans laquelle il est décédé en 1890. J’habite à proximité de cette ville (1/2h en voiture) ; j’y suis allée faire une petite excursion mi-juin et j’ai passé une journée très agréable. Au départ c’était pour Van Gogh que je m’y suis rendue, mais finalement j’ai été charmée par la beauté du village et j’ai pu découvrir d’autres artistes qui ont fait une escale dans cette ville.
Depuis la gare, j’ai marché le long de la rue du Général de Gaulle pour arriver au Parc Daubigny. Il y a là l’office du tourisme de la ville et j’y ai obtenu le plan de la ville. Le personnel m’a proposé différents circuits de promenade possibles en fonction de mes moyens de déplacement et de la durée de séjour.

Plan de la ville Auvers-sur-Oise

Vous verrez le nom Daubigny un peu partout dans cette ville. Il y a d’abord ce Parc Daubigny où on peut apercevoir la statue de Van Gogh, réalisée par Zadkine, sculpteur cubiste russe. Ensuite le musée Daubigny puis la maison atelier de Daubigny. La dernière est connue pour avoir été décorée par ses amis peintres, comme Corot et Daumier. Enfin il y a la rue Daubigny, que vous traverserez probablement durant votre promenade, ainsi que le buste de Daubigny devant l’église. Charles François Daubigny (1817-1878) est un paysagiste français, mais il a également exercé en tant que mécène pour des artistes en difficulté. Il est également connu pour être un des peintres pionniers qui ont démarré le mouvement de l’impressionnisme. Il s’est installé à Auvers-sur-Oise en 1857, et il considérait cette ville comme un lieu d’inspiration pour son art.

Ma visite a commencé à partir de la maison de Van Gogh, où il a vécu pendant ses deux derniers mois. C’était une petite auberge où il pouvait dormir et manger. Sa chambre située au deuxième étage était très petite et on sentait bien la chaleur de la journée sous les toits. L’artiste, très peu reconnu pendant sa vie, vivait à l’époque de l’argent envoyé par son frère Theo. Malgré tout, il a été particulièrement productif pendant cette période, il y a produit presque 1 toile par jour, ce qui fait un total de 78 toiles. Une telle productivité est exceptionnelle pour un peintre.

Van Gogh était auparavant installé dans le sud, à Arles ; il remonte à Paris pour plusieurs raisons. D’abord pour raisons médicales, il avait un problème de santé mentale assez compliqué et plutôt grave, et il voulait se rapprocher de son frère Théo, qui habitait à Paris. Et Vincent a tout de suite eu un coup de cœur avec cette ville d’Auvers, car elle reste proche de Paris, mais on a l’impression d’être en pleine campagne. De plus il avait son ami Pissarro pas très loin (à Pontoise), celui-ci lui a présenté le Docteur Gachet, qui est vite devenu un ami fidèle de Van Gogh.

Il est un peu dommage que la maison ne possède encore aucune des peintures de Van Gogh. Une fondation a lancé un projet pour acquérir une de ses oeuvres, et l’appel aux mécènes est en cours. On imagine bien que cette affaire demande de mobiliser pas mal de ressources et que cela prendra du temps. Les œuvres de Van Gogh coûtent tellement cher aujourd’hui, elles se classent parmi les plus chères du monde. Vous pouvez aller voir les actions que mène l’institut Van Gogh en vous rendant sur leur site web officiel.

En sortant de la maison, j’ai pris le chemin qui monte vers l’atelier de Daubigny, puis traversé un grand champ de blé et de maïs pour aller voir les tombeaux de deux frères Van Gogh. C’est notamment sur ce champ qu’il a peint le dernier paysage de sa vie. Les tombeaux de deux frères sont modestes, ils n’ont pas de stèles, ce sont des simples pierres couvertes de petits arbustes. (Pour info : la fondation agit également pour protéger et préserver ces tombeaux) Après, en descendant la rue, j’ai visité l’église, celle qui est si connue car représentée sur une de ses toiles. J’ai fait également un petit tour du village, il était calme et très mignon.

Le champ de blé aux corbeaux, 1890

Tombeaux de deux frères Van Gog

L’église d’Auvers-sur-Oise, 1890

Je voulais visiter la maison du Docteur Gachet. Sa maison abrite aujourd’hui un musée, et une exposition sur le thème de « Melancholia, art et psychiatrie au 19è siècle » était en cours. Quand j’y suis arrivée, c’était trop tard, le musée fermait ses portes. L’exposition est maintenant finie mais je compte y retourner bientôt, au moins pour visiter la maison et le jardin (peints également par Cézanne et Van Gogh).

Si visiter cette ville vous intéresse, je vous invite à y aller quand il fera beau. On profite mieux de la ville à pied. Il y a des parcs un peu partout, on peut trouver facilement les endroits pour pique-niquer. Vous pouvez accéder à la ville bien évidemment en transports en commun en prenant le train à la gare de St Lazare. En voiture, il y a un parking gratuit à côté de la gare (c’était relativement tranquille, mais je ne sais pas comment la situation sera pendant la période de haute saison).

Si vous aimez Van Gogh, je vous recommande fortement d’aller voir le musée de Van Gogh à Amsterdam. Là, on peut se plonger pleinement dans son monde. Personnellement une journée n’a pas été suffisante pour tout bien regarder. Ses toiles me paraissaient tellement belles que j’ai passé un long moment devant chacune d’elles avec un audio guide, et j’étais émue tout au long de ma visite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *