Leçon de sagesse par André Comte-Sponville : Qu’est ce que la simplicité et pourquoi ?

andre comte-sponvilleDe retour en France, j’ai trouvé une interview intéressante d’André Comte-Sponville, Matérialiste, philosophe et humaniste dans une revue d’Air France. Il y exprime un sujet qui le passionne : La simplicité, et en particulier les plaisirs simples. Je vous résume cette interview très enrichissante, j’espère que cela vous aidera à mieux comprendre le concept et ainsi à vivre dans la simplicité 🙂

Qu’est ce que la simplicité ?
Manger quand il a faim, se promener, jardiner, passer du temps avec ses amis… tous ces plaisirs simples sont d’une grande banalité.

Selon lui la simplicité n’est pas de l’ordre de l’avoir mais de l’ordre de l’être. Etre simple est donc naturel, c’est une idée centrale de l’existence : c’est-à-dire qu’il s’agit d’être tel qu’on est, sans faire semblant, sans jouer un rôle, et d’être transparent sans calculer, sans idées derrière, sans programmer…

En se déclarant comme un matérialiste, il explique que même l’âme fait partie du corps sous la forme du cerveau et qu’on peut jouir des plaisirs de l’âme aussi bien que ceux du corps physique; par exemple quand le corps se promène, l’esprit en jouit. Tout est lié.

Où trouver un plaisir simple, dans le présent, dans l’avenir ou dans le passé ?
Il croit que le plaisir simple existe dans le présent car le passé n’existe plus et l’avenir n’existe pas encore. Selon lui le regret, et la nostalgie du passé, ou l’espoir et la crainte de l’avenir, nous empêchent de vivre dans la simplicité.

Quand vous êtes malheureux, soyez simplement malheureux
A propos de la relation entre la simplicité et le bonheur, le philosophe exprime qu’être simple ne signifie pas vouloir chercher forcément le bonheur. Un bonheur forcé est toujours confronté à la réalité qui s’y oppose.
En déclarant que dans la plupart du temps nous sommes dans un état ni heureux ni malheureux, mais juste entre les deux, il préconise d’être simplement entre les deux.
La simplicité est une vertu, Le bonheur, une chance.
Il exprime cependant que sans savoir apprécier les plaisirs simples, il devient difficile d’atteindre l’état de bonheur.

Grands plaisirs
Il trouve des grands plaisirs dans l’amour, l’art, la sexualité, la philosophie, la spiritualité… qui sont plus précieux que les petits mais moins simples. Il en conclut que la simplicité est une vertu nécessaire et essentielle : sans reconnaître les petits plaisirs, pas de grands plaisirs.
Etre simple, ce n’est pas chercher la petitesse. C’est refuser les fausses grandeurs.

Découvrez ses livres