Connais toi toi-même

respirationJe pense que ce n’est pas pour rien que Socrate a dit : « Connais toi toi-même« . C’est un message que j’ai pu méditer cette semaine.

Fixer un objectif est important pour se motiver et pour dépasser sa capacité sous estimée, mais il y a des limites. Je réalise qu’un but trop élevé devient pour moi une source de stress voire déception envers moi-même.

C’est toujours pareil. Parfois je suis plus performante que ce que j’ai prévu, mais parfois je ne le suis pas, mais alors là pas du tout.

« Tout est une histoire de volonté », c’est ce que mon père très actif et dynamique m’a montré tout au long de ma jeunesse en Corée. Cette idée est bien ancrée en moi, et certes elle est une source de motivation surtout quand je suis en mode « feignante ».

Cependant comme chaque chose a deux côtés, cette leçon produisait parfois sur moi un effet négatif. Je me sentais gênée de ne pas pouvoir accomplir ce que j’avais prévu, même si c’était dû à un empêchement ou à un problème de santé. Dans ce cas, je me retrouvais avec Solip qui négligeait ce que elle avait atteint et qui sous évaluait sa capacité. Bien évidemment, je passais un moment désagréable avec cette Solip.

C’est ce qui a failli m’arriver il y a quelques semaines. Après avoir passé une semaine bien chargée, vendredi j’étais fatiguée, je n’avais aucune motivation pour faire quoi que ce soit, ni des tâches administratives, ni de la composition ni de l’écriture. Pourtant ma liste choses à faire m’indiquait que pas mal de tâches devaient être faites ce jour là.

Cette fois ci, j’ai accepté le fait que je ne peux pas être efficace tout le temps. J’ai décidé d’oublier cette To Do list et de faire autre chose.

Peut on l’appeler un problème de volonté ? A l’époque où ma réponse était « oui », je ne m’appréciais pas moi même comme je suis.

Pourtant il y a un autre fait que je néglige: Quand je travaille, je ne compte pas les heures. J’ai tendance à travailler intensivement pendant longtemps. Parfois mon travail finit très tard, et en fonction de mon inspiration, je travaille même le weekend.

Je reviens donc à ma méditation. Je pense que c’est important de bien me connaître : ma méthode de travail, mes limites, et ma capacité. Au début, peut être je sous évaluerais ou sur évaluerais ma capacité, mais avec le temps je réajusterai cette estimation, et je découvrirai petit à petit le vrai moi.

Me connaître veut aussi dire ne pas regarder que le devant mais savoir reconnaître mes réalisations et accomplissements sans les sous estimer. La confiance en soi rentre aussi en jeu.

Alors aujourd’hui je dois reconnaître que je conçois de mieux en mieux ma to-do list et fixe efficacement mes objectifs. J’essaye de penser à toutes variables et je n’oublie pas d’ajouter quelques challenges optionnels à côté.

Peut être je n’ai pas fait grand-chose ce jour là, mais je ne regrette pas, j’ai bien profité de ce jour tranquillement et c’est ce qu’il me fallait 🙂

Note :
Les gens utilisent différents méthodes pour se connaître eux mêmes : Certains prennent du temps pour voyager, certaines s’isolent, font des challenges. Quelle est la vôtre ?