Comment créer une œuvre musicale de manière efficace ? (1/4)

im_piano keyboardJe suis très heureuse quand je compose devant mon piano. Pas mal de livres sur la psychologie de bonheur confirment bien le sentiment que je ressens : Les artistes sont souvent heureux avec leurs métiers de création, car ils y sont concentrés à 100% sans distraction.

Cependant certains artistes, notamment des auteurs de livres, disent dans des interviews que la création ressemble parfois à un accouchement difficile, bien que ce soit une activité qui les passionne.

Quand on fait un travail qui demande d’être créatif quotidiennement, chaque créateur a ses habitudes et son rite pour surmonter les pressions, être plus efficace, et ainsi maximiser son plaisir de créer.

Dans cet article, j’ai décidé de développer mes idées sur « comment être efficace pour des activités de création ? » Il y a à la fois des astuces concrètes (qui sont des manières de faire) et des astuces mentales (qui sont plutôt des manières d’être). Je pense que cet article sera utile pour pas mal de gens, sachant qu’il n’y a pas que les artistes qui créent, mais aussi des entrepreneurs, programmeurs, cuisiniers, architectes, et beaucoup d’autres. Je suis convaincue que certaines astuces que je vous présente peuvent être aussi appliquées dans d’autres domaines. Cet article est aussi ma réponse à mes lecteurs qui me demandent comment composer.

Comment être efficace pour des activités de création ?

Oui, mon métier me demande d’être créative quotidiennement. Avant de parler des astuces, j’ai besoin de vous expliquer ma manière de travailler et mon processus de composition. Tout d’abord, je fais de la musique artisanale, c’est-à-dire que je ne dépend pas du tout de la machine pour composer des morceaux, je fais tout moi-même : je crée le morceau, je le joue, et je l’enregistre moi-même. Quand au processus de composition, il est en général composé de trois étapes.

Etape 1. Réception des inspirations
Il s’agit d’être à l’écoute de nouvelles inspirations. Il est intéressant de noter que ces inspirations peuvent venir n’importe quand et de n’importe où : avant de dormir, pendant une promenade, pendant le repas, à la douche… Ces inspirations sont sous différentes formes : cela peut être des images, des idées mais aussi des mélodies, ou parfois un mélange de tout cela.

Etape 2. Création des mélodies
Il s’agit de commencer un morceau à partir des idées ou des mélodies reçues de l’étape 1, qui sont souvent floues et brutes. On a besoin de les tailler, développer et structurer. En fonction de l’ambiance que je veux donner au morceau, je choisis des accords adaptés, ou alors je passe du temps pour exploiter de nouveaux accords que je n’ai jamais utilisés. Tout cela, tout en gardant l’harmonie avec d’autres parties du morceau et les inspirations que j’ai eues à l’étape 1.

Etape 3. Finition du morceau
Personnellement c’est la partie que je trouve la plus difficile. Un morceau fini veut dire que la partition du morceau est proprement écrite, et donc que celui-ci est prêt à être enregistré. C’est souvent le plus dur car je reçois d’autres inspirations et j’ai envie de passer à la composition d’un autre morceau dès que la mélodie du morceau en cours est à peu près mise en place. Dans cette étape, on relie toutes les parties composées de manière naturelle, on corrige les parties les moins adaptées etc.

Pour chaque étape de ma composition, j’ai des astuces pour être plus efficace.
Dans l’article qui suit je vous présenterai mes astuces pour être efficace pendant la phase de réception des inspirations.