3 Rue de l’Inspiration, PARIS

Avec PARIS, vous allez découvrir mon parcours musical et mon amour pour cette ville rayonnante. Avant de commencer votre découverte, voici « Fragrance No3 », ma composition spéciale d’un parfum fin et frais qui vous transmettra joie et gaieté.

Je ne peux pas oublier ma première rencontre avec Paris. Je me trouvais chanceuse de pouvoir vivre « Au pays des merveilles »  Même si certaines choses m’ont étonnée (comme l’apparence de vos métros et RERs) et m’ont fait dire que c’est « Bizarre, très bizarre », j’ai tout de suite senti que ma « Belle époque » allait commencer ici !

Oui, cela m’arrivait souvent d’éprouver de l’affection envers « Chez moi » et de ressentir pleinement le sentiment d’être seule et étrangère. Mais Paris qui me donnait de la nostalgie me guérissait aussi avec sa beauté. C’est comme cela que petit à petit je me suis habituée à Paris, et maintenant j’ai mon abri aux  « Tuileries », j’apprécie de  me balader sous le ciel d’« Azur de Paris ». J’ai développé ma vie ici !

Paris c’est la ville qui m’a appris à aimer l’art et à transformer mes émotions en art. Elle me donne toujours beaucoup d’inspirations. Quand je me promène sur le « Pont des Arts » ou encore au bord de « La Seine », je deviens artiste et je me mets naturellement à créer des mélodies. Paris est plein d’ingrédients pour faire de l’art, et il m’arrive de composer un morceau en croisant juste un « Oh, Monsieur » dans la rue ou des « Amoureux de Paris ».

Aujourd’hui j’y passe toujours des « Beaux moments de ma vie ». Je ne suis pas seule, je suis avec ma famille et j’ai trouvé un travail que j’adore et que je veux mener jusqu’au bout de ma vie ! Ici je continuerai à produire des musiques qui réchaufferont vos cœurs, j’aimerais toujours être votre « Orangerie » musicale.

J’espère que mes « Tableaux Parisiens » musicaux vous plairont. Bonne écoute et à bientôt !

Beaux moments de ma vie

Ces jours ci la température a pas mal baissé chez moi. Ce matin j’ai rapidement aéré la maison, mais après je suis restée avec la fenêtre fermée la journée. L’été est parti brusquement, je trouve. Je n’ai même pas eu le temps de sentir le départ de la lumière et de la chaleur.

En réalité, je ne suis pas en mesure d’apprécier ce temps frais et respirable. Comme en ce moment mon corps n’est pas très en forme, je sens facilement le froid, mon humeur va moyennement. Je supporte silencieusement ce moment en me disant que c’est temporaire, et que cela va également passer comme toutes les autres choses de la vie. Je suis habituellement une personne joyeuse, je retrouverai ma gaité au bon moment.

Ce morceau que j’ai réalisé il y a trois ou quatre mois me réconforte pas mal en ce moment. Je passais un moment heureux au moment de la composition de celui-ci. On a chacun une période comme ça je pense, sans souci, remplie d’optimisme, une période en paix et en joie. Un soir, avec ma petite famille réunie, toute en forme, je me sentais pleinement comblée, et ce jour-là j’ai écrit ce morceau.

Je note aussi que « Beaux moments de ma vie » est un type de morceau que je peux composer assez facilement et fluidement, alors là, j’étais heureuse en le composant, en le jouant, en y rajoutant un peu d’autres instruments au milieu.

Ce morceau se trouvera en dernier dans l’album PARIS.
Bonne écoute et je vous souhaite une rentrée sereine !

[Journal musical] PARIS, à propos du lancement

Avez-vous passé de bonnes vacances ? Ma ville commence à se remplir de nouveau du monde qui revient, et je sens le dynamisme renaître. Mon été était plutôt chargé, mais j’ai pu me reposer pas mal avec ma petite famille, et me promener pendant quelque temps dans le sud.

Je prépare maintenant la rentrée en douceur. Ma fille va rentrer à l’école pour de bon, et moi je vais vers la finalisation de mon livre, et avant tout c’est bientôt le lancement de mon nouvel album ! Dans cet article je vous propose de parler de mon nouvel album PARIS ! Voici le résumé de tout : Lire la suite

Bizarre très bizarre

Je trouve ce morceau amusant. Dans mon nouvel album « Paris », j’ai quelques morceaux comme celui-ci dont j’ai essayé de changer l’ambiance ou le style, comme « Azur de Paris », « Au pays des merveilles », ou encore « Oh Monsieur ». Je ne sais pas s’ils sonneront bien chez vous, mais je ne m’inquiète pas trop, car pour le reste, j’ai gardé mon style habituel.

‘Bizarre’, c’est un mot que ma fille de 3 ans et demi utilise très souvent en ce moment. Elle est curieuse de tout et découvre le monde en mode gourmand. Plein de choses bizarres l’intriguent chaque jour. Aujourd’hui c’était un chien dans une poussette, alors que pendant la coupe du monde elle se demandait pourquoi tant de drapeaux ont été accrochés et pourquoi le train klaxonnait bizarrement le soir. Lire la suite

L’horreur chasse la chaleur ! – 10 morceaux de musique qui font peur

Il fait bien chaud cet été. Certes c’est mieux qu’un temps pluvieux, mais dans la durée ça devient difficile à supporter. N’oubliez pas de boire régulièrement et de rester au maximum au frais. En attendant que la canicule s’en aille je vous propose une idée originale pour vous rafraîchir un peu. Ce sera évidemment avec la musique !

En Corée on dit que l’été c’est la saison des films d’horreur. On pense que regarder des films de ce type fait oublier ou chasse la chaleur. Dans des scènes très tendues, on a la chair de poule, des sueurs froides dans le dos, et on frémit de peur. Voilà on sent le froid 😉 Vous vous en doutez bien, la musique joue un grand rôle pour créer ce type de sensation. Alors aujourd’hui je vous présente ma sélection de musiques de films d’horreur. Avez-vous déjà pensé à les écouter séparément (en dehors du film) ? Lire la suite

Chez moi (Nostalgia)

J’ai écrit ce morceau un soir en pensant à chez moi dans mon pays. Je voulais décrire une maison où chacun a envie de se reposer. J’ai fait un effort pour que l’ambiance générale reste chaleureuse, tendre et affectueuse, et je pense que j’ai atteint mon objectif.
Dans la vidéo qui présente la musique, j’ai mis quelques peintures d’un peintre coréen qui s’appelle LEE, Jung-Seop qui a vécu entre 1916 et 1956.

Celui-ci aimait dessiner des boeufs, qui symbolisaient à la fois l’artiste lui-même et le peuple coréen. Avec son boeuf en mouvement, d’une expression déterminée, tête saignante, ou encore en position de combat, le peintre voulait exprimer ses sentiments personnels, et au-delà, ses ressentis envers le peuple coréen de l’époque.

Boeuf, 1953

Pour cette vidéo j’ai sélectionné particulièrement les œuvres qu’il a dessinées en pensant à sa famille ou encore qui portent le thème de la nostalgie.

La famille tenait toujours pour lui une place importante. Il s’est marié avec une femme japonaise et il a eu deux enfants. Tout au long de sa vie, la Corée était en plein tourbillon, d’abord dans son enfance le pays était sous la domination du Japon, ensuite après la libération la Corée du nord a choisi le communisme et la guerre a commencé. C’était une période très douloureuse, car le peuple divisé en deux se battait pour l’idéologie qu’avait choisi chaque côté, indépendamment de sa volonté : Le nord pour le communisme, et le sud pour la démocratie.

Suite à la guerre, le peintre est descendu dans le sud pour se réfugier, mais peu de temps après la famille s’est séparée, car il ne pouvait plus la supporter financièrement, ils étaient face à une situation de survie. Sa femme et ses deux enfants sont retournés au Japon pour retrouver sa belle-famille et la période la plus douloureuse de sa vie a commencé.
Il voulait toujours se réunir avec sa famille, mais sa situation ne le lui permettait pas. Il a échangé beaucoup de correspondances avec sa femme jusqu’à sa mort. Ses lettres exprimaient toujours un amour et une affection infinis envers elle et ses enfants.

Une famille en route, 1954

Une peinture de cet artiste que j’aime beaucoup, est « Une famille en route ». L’artiste met sa famille sur le char à bœufs, et tire lui-même le bœuf. Ils sont en train de partir dans le sud, qui promet le soleil et la chaleur selon l’artiste, symbolisant la paix et le bonheur.
Ses peintures sur la famille contiennent deux significations. D’abord, son envie de retrouver lui-même sa famille, mais cela s’étend aussi à tous les coréens qui ont dû se séparer de leur famille suite à la guerre. Par exemple son œuvre « A couple » peut signifier sa femme et l’artiste, mais aussi les deux Corées divisées.

Malgré sa situation extrêmement pauvre, il a continué à peindre jusqu’à mourir. Jusqu’au dernier moment de sa vie il n’a pas pu se réunir avec la famille dont il rêvait toujours, mais plus sa situation le désespérait, plus il peignait l’espoir dans ses toiles.

Pour info : C’est normal si vous entendez un petit bruit de coupure au milieu du morceau, je l’ai un peu raccourci pour cette vidéo.

Petite excursion à Auvers-sur-Oise : A la rencontre de Van Gogh

Auvers-sur-Oise, à 30 km de Paris est un petit village tranquille mais digne d’être appelé une ville d’art. Cette ville est surtout très célèbre pour être la dernière demeure de Van Gogh, dans laquelle il est décédé en 1890. J’habite à proximité de cette ville (1/2h en voiture) ; j’y suis allée faire une petite excursion mi-juin et j’ai passé une journée très agréable. Au départ c’était pour Van Gogh que je m’y suis rendue, mais finalement j’ai été charmée par la beauté du village et j’ai pu découvrir d’autres artistes qui ont fait une escale dans cette ville.
Depuis la gare, j’ai marché le long de la rue du Général de Gaulle pour arriver au Parc Daubigny. Il y a là l’office du tourisme de la ville et j’y ai obtenu le plan de la ville. Le personnel m’a proposé différents circuits de promenade possibles en fonction de mes moyens de déplacement et de la durée de séjour.

Plan de la ville Auvers-sur-Oise

Vous verrez le nom Daubigny un peu partout dans cette ville. Il y a d’abord ce Parc Daubigny où on peut apercevoir la statue de Van Gogh, réalisée par Zadkine, sculpteur cubiste russe. Ensuite le musée Daubigny puis la maison atelier de Daubigny. La dernière est connue pour avoir été décorée par ses amis peintres, comme Corot et Daumier. Enfin il y a la rue Daubigny, que vous traverserez probablement durant votre promenade, ainsi que le buste de Daubigny devant l’église. Charles François Daubigny (1817-1878) est un paysagiste français, mais il a également exercé en tant que mécène pour des artistes en difficulté. Il est également connu pour être un des peintres pionniers qui ont démarré le mouvement de l’impressionnisme. Il s’est installé à Auvers-sur-Oise en 1857, et il considérait cette ville comme un lieu d’inspiration pour son art.

Ma visite a commencé à partir de la maison de Van Gogh, où il a vécu pendant ses deux derniers mois. C’était une petite auberge où il pouvait dormir et manger. Sa chambre située au deuxième étage était très petite et on sentait bien la chaleur de la journée sous les toits. L’artiste, très peu reconnu pendant sa vie, vivait à l’époque de l’argent envoyé par son frère Theo. Malgré tout, il a été particulièrement productif pendant cette période, il y a produit presque 1 toile par jour, ce qui fait un total de 78 toiles. Une telle productivité est exceptionnelle pour un peintre.

Van Gogh était auparavant installé dans le sud, à Arles ; il remonte à Paris pour plusieurs raisons. D’abord pour raisons médicales, il avait un problème de santé mentale assez compliqué et plutôt grave, et il voulait se rapprocher de son frère Théo, qui habitait à Paris. Et Vincent a tout de suite eu un coup de cœur avec cette ville d’Auvers, car elle reste proche de Paris, mais on a l’impression d’être en pleine campagne. De plus il avait son ami Pissarro pas très loin (à Pontoise), celui-ci lui a présenté le Docteur Gachet, qui est vite devenu un ami fidèle de Van Gogh.

Il est un peu dommage que la maison ne possède encore aucune des peintures de Van Gogh. Une fondation a lancé un projet pour acquérir une de ses oeuvres, et l’appel aux mécènes est en cours. On imagine bien que cette affaire demande de mobiliser pas mal de ressources et que cela prendra du temps. Les œuvres de Van Gogh coûtent tellement cher aujourd’hui, elles se classent parmi les plus chères du monde. Vous pouvez aller voir les actions que mène l’institut Van Gogh en vous rendant sur leur site web officiel.

En sortant de la maison, j’ai pris le chemin qui monte vers l’atelier de Daubigny, puis traversé un grand champ de blé et de maïs pour aller voir les tombeaux de deux frères Van Gogh. C’est notamment sur ce champ qu’il a peint le dernier paysage de sa vie. Les tombeaux de deux frères sont modestes, ils n’ont pas de stèles, ce sont des simples pierres couvertes de petits arbustes. (Pour info : la fondation agit également pour protéger et préserver ces tombeaux) Après, en descendant la rue, j’ai visité l’église, celle qui est si connue car représentée sur une de ses toiles. J’ai fait également un petit tour du village, il était calme et très mignon.

Le champ de blé aux corbeaux, 1890

Tombeaux de deux frères Van Gog

L’église d’Auvers-sur-Oise, 1890

Je voulais visiter la maison du Docteur Gachet. Sa maison abrite aujourd’hui un musée, et une exposition sur le thème de « Melancholia, art et psychiatrie au 19è siècle » était en cours. Quand j’y suis arrivée, c’était trop tard, le musée fermait ses portes. L’exposition est maintenant finie mais je compte y retourner bientôt, au moins pour visiter la maison et le jardin (peints également par Cézanne et Van Gogh).

Si visiter cette ville vous intéresse, je vous invite à y aller quand il fera beau. On profite mieux de la ville à pied. Il y a des parcs un peu partout, on peut trouver facilement les endroits pour pique-niquer. Vous pouvez accéder à la ville bien évidemment en transports en commun en prenant le train à la gare de St Lazare. En voiture, il y a un parking gratuit à côté de la gare (c’était relativement tranquille, mais je ne sais pas comment la situation sera pendant la période de haute saison).

Si vous aimez Van Gogh, je vous recommande fortement d’aller voir le musée de Van Gogh à Amsterdam. Là, on peut se plonger pleinement dans son monde. Personnellement une journée n’a pas été suffisante pour tout bien regarder. Ses toiles me paraissaient tellement belles que j’ai passé un long moment devant chacune d’elles avec un audio guide, et j’étais émue tout au long de ma visite.

Azur de Paris

Paris est beau quelle que soit la météo, mais quand le ciel est tout dégagé et rayonne de soleil, on peut dire à l’unanimité que Paris est sublime et que c’est le meilleur moment pour profiter de la beauté de cette capitale de l’Art. Quand je marche au bord de la seine sous ce ciel d’azur, j’ai le cœur qui bondit de joie et d’admiration. C’est avec cette émotion que j’ai composé ce morceau, Azur de Paris. Le thème est donc la joie plutôt que le romantisme, l’espoir plutôt que la méditation. Bonne écoute

P.S : Ne manquez pas cette vidéo, elle décrit aussi toutes mes réalisations depuis 2017.

Musique dans « L’élégance du hérisson »

Le deuxième roman de Muriel Barbery m’inspire pas mal depuis un mois. Je le lis avec beaucoup de plaisir et de concentration, mais j’avance petit à petit car je n’ai pas envie de le finir trop vite. Ce livre m’a également donné l’idée de composer « Beaux moments de ma vie », qui sera le dernier morceau de mon nouvel album « Paris ». Je suis en train de l’écrire en pensant à Renée et aux beaux moments de ma vie, et vous allez le découvrir bientôt sur ce site. Lire la suite

[Journal musical] 3ème album officiel « Paris » en pleine préparation !

Je reviens vers vous avec plein de bonnes nouvelles. D’abord, la boutique a été mise à jour. Toutes mes partitions sont maintenant en vente. Je vous ai également envoyé une nouvelle édition de la newsletter Inspiration au bout de … 3 ans. Oui, je sais que j’ai abusé. J’en suis sincèrement désolée mais mon livre m’a pris énormément de temps et de concentration. Lire la suite