[Article invité] Hiromi Uehara – Le Portrait et la Découverte

Article rédigé par Sébastien P.

Mots de Solip : Je tiens à remercier Sébastien pour ce bel article sur Hiromi. De plus c’est grâce à Sébastien que je découvre cette artiste talentueuse (j’ai l’impression que le mot « talentueuse » n’est pas suffisant pour elle). Elle a joué avec Chick Corea, et Oscar Peterson. On ne peut pas faire mieux ! Sur scène, ce génie devient une avec le piano; elle est fascinante, elle s’y éclate, elle trouve sa paix. Tout cela est bien beau à regarder ! Laissons nous guider par Sébastien pour ce voyage vers la découverte de Hiromi.

Hiromi+Uehara+HiromiHiromi, à 34 ans, a déjà composé 8 albums qui l’ont fait pénétrer dans le cercle très fermé des pianistes de jazz incontournables. Retraçons son parcours, qui est à mon humble avis, idéal et talentueux avec des rencontres déterminantes. (image : last.fm )

Tout démarre par sa maman. Celle-ci, déçue ne pas avoir pu construire une carrière musicale professionnelle, engage le professeur Noriko Hakita dans leur ville natale, Shizuoka sur la côte pacifique du Japon. Ce professeur sera l’élément clé qui fera émerger le talent de Hiromi.

Lui faisant découvrir le piano classique et le piano jazz, elle jouera un enregistrement d’Erroll Garner devant Hiromi. Elle lui fait ainsi découvrir l’art de l’improvisation. A l’âge de 8 ans, elle commence à improviser sur du Mozart, Haydn et d’autres. Elle poursuit en étudiant des pianistes de jazz japonais tels que Yosuke Yamashita, Toshiko Akiyoshi and Sadao Watanabe.

A l’âge de 14 ans, elle part en République Tchèque et jouera avec l’Orchestre Philarmonique Tchèque.
Le jazz entre dans sa carrière professionnelle à l’âge de 17 ans où elle rencontrera chez Yamaha, Chick Corea qui l’invitera à jouer avec lui le lendemain. (voir la vidéo ci-dessous)

Suite à cette rencontre, elle partira dans la prestigieuse école de « Berklee College of Music » où elle fera la rencontre de son mentor Ahmad Jamal et jouera également avec Oscar Peterson. Elle obtiendra son diplôme avec le rang le plus élevé en 2003.

Cette même année, elle enregistra son premier album « Another Mind » qui fut un premier succès critique aux Etats-Unis et au Japon avec deux musiciens issus de l’école de musique de Berklee, Tony Grey à la basse et Martin Valihora à la batterie.

another_mind hiromi

« I don’t want to put a name on my music. Other people can put a name on what I do. It’s just the union of what I’ve been listening to and what I’ve been learning. It has some elements of classical music, it has some rock, it has some jazz, but I don’t want to give it a name. »

— Hiromi Uehara

A la vue de ses concerts en dvd, de ses différents albums, je vais vous faire part de mes ressentis.
La première fois que j’ai vu Hiromi à son piano, interprétant ses propres compositions, celles des autres et ses improvisations, son visage respire la douceur, la tranquillité… Chose indescriptible mais je me sens apaisé quand je la regarde jouer.

hiromi_header

source: yamaha.com

A l’écoute, ce qui frappe aux oreilles, c’est qu’elle joue pour le public, pour le capter et le laisser mettre en image ses mélodies. Lorsqu’on écoute un morceau tel que « Green Tea Farm » (la vidéo ci dessous), il est aisé d’imaginer ces grands rouleaux d’exploitation, ces collines verdoyantes, ces montagnes au sommet blanchi. Nous n’oublierons pas l’énergie qu’elle met dans ses compositions.. Ecoutez

Recommandation 1 de Sébastien Green Tea Farm (Brain) : Émotionnellement très touchante, ses doigts trainent sur les notes pour prolonger au plus loin toute la mélancolie de cette mélodie que l’on ressent pleinement. Un voyage auprès d’elle, dans ses pensées lorsque le Japon lui manque tellement comme sa famille.

Elle nage dans les eaux du jazz classique, du jazz fusion, du progressif, de l’électro (je rassure, c’est présent en petite quantité avec un clavier Nord Lead mais le son change, la manière de jouer, non). Ses goûts musicaux surprennent, elle sort du jazz facilement et va même chercher des inspirations chez Metallica ou bien encore Dream Theater et King Crimson. Cela forge la qualité de sa musique, de son inspiration, de son éducation musicale qui très tôt l’a ouverte à d’autres genres.

Elle peut aisément continuer ces compositions emplies de douceur, d’expressivité, d’inspirations fantastiques, de mélodies, de talent en somme mais je suis peut-être pas objectif !

Elle est jeune encore, en 10 ans de carrière, elle a déjà 8 albums et 3 concerts en dvd. Elle me fait penser à l’artiste américain, Neal Morse qui enchaîne la production à un rythme fou avec autant de qualité de compositions.

Je lui souhaite que de bonnes choses, qu’elle puisse continuer à m’émerveiller et à ravir mes oreilles comme elle le fait depuis quelques années. A ceux qui vont la découvrir par cet article, je vous souhaite de belles écoutes.

Recommandation 2 de Sébastien Return of Kung-Fu World Champion (Spiral) : une fusion jazz électro fabuleuse, une rythmique à couper le souffle, une inspiration sans bornes, on sent le fun, le feeling qui transpire de cette composition. Une baston en somme, un combat acharné entre l’électro et l’accoustique, entrainante et enthousiasmante.

Recommandation 3 de Sébastien Margarita ! (Move) : un morceau qui inspire la joie de vivre, l’enthousiasme, le désir de découvrir… L’électro a encore sa place ici mais jamais inutilement mais surtout pour apporter cette coloration sonore spécifique que le piano à lui seul ne peut pas apporter.

Site web officiel de Hiromi Uehara : http://www.hiromimusic.com/