Amor Fati, aime ton destin

Amor FatiQuelque fois, je me décourage. Je me dis que ce que je fais ne va pas du tout. Ce qui me dérange à ce moment là, ce n’est même pas le fait que je n’arrive pas à voir la destination de mon voyage.C’est plutôt que le chemin qui se trouve 100 m devant moi me paraît déjà tellement brouillé ! (Photo par Solip OH)

Cette idée d’incertitude ne m’aide pas à aller mieux. Pourtant ma situation ne change pas, elle n’est pas pire qu’avant, mais ce jour là je ne le réalise pas et je craque.

Amor Fati. Tout change avec cette phrase. C’est ma phrase magique. Elle me fait comprendre le sens des obstacles et des difficultés qui se présentent en face de moi. Ce que je dois subir, tel que les difficultés et les obstacles, devient ainsi quelque chose de naturel à franchir ou à laisser passer pour progresser. Ils font partie de mon challenge, de mon destin et de ma vie.

C’est comme un package, quand on choisit son chemin, on choisit également tous les obstacles qui vont avec. Si on les considère comme des problèmes, on vivra mal. On regrettera le choix qu’on a fait. Par contre si on les considère comme une partie de son destin qu’on a « choisi » avec un grand amour, on réalise petit à petit qu’il faut savoir laisser passer et surmonter ces difficultés là. C’est en passant cette étape qu’on mûrit et qu’on obtient une autre énergie qui nous permet de faire un pas plus grand et d’aller plus loin.

Selon moi, le succès signifie arriver à une Solip optimale. Si je veux arriver à cette Solip optimale que je rêve, j’ai évidemment des étapes à franchir. J’ai besoin de casser Solip actuelle qui n’est pas adaptée à l’étape prochaine. Cela demande une énergie et une motivation qu’on n’imagine pas.

Chaque fois que je parle à mon mentor de mes difficultés, elle me dit simplement que c’est normal, c’est à franchir et à dépasser.

En rigolant à moitié, je plaisante parfois, « j’ai l’impression que mon travail n’est pas seulement de composer ni d’écrire, mais que 50% de mon boulot est de continuer, de patienter et de persévérer. »! Je me suis même dit que si j’apprends à bien patienter, je réussirai mieux. Si je sais surmonter sagement mes moments de doute, j’avancerai mieux !

Chaque jour, je ne le vois pas, mais je progresse. Quand je vois ce qui s’est passé pendant un an, j’ai effectivement beaucoup grandi. J’ai effectivement réalisé beaucoup de choses. Sentir quotidiennement le plaisir de grandir est une habitude à prendre absolument, surtout quand on poursuit un chemin non standard mais original. C’est aussi important que de comprendre le sens de sa vie ou d’aimer son travail.

A ce propos, un proverbe coréen me vient en tête : 대기만성 « dé gui man son », cela signifie « faire un grand plat demande du temps ». J’ai parfois envie d’un succès rapide. J’ai envie d’atteindre vite cette Solip optimale. Pourtant, chaque succès ou chaque réalisation a son prix, il faut rendre l’intérieur plus solide. Je décide donc de me tailler pour bien mériter le destin que j’ai choisi, et pour devenir un grand plat qui peut contenir et supporter beaucoup plus de choses.

Amor Fati, avec la passion vers mon destin, je persévère. L’ampleur du succès est proportionnelle à la quantité de patience et d’effort.

Solip OH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *